ASCENSION DU MORNE CHAMPAGNE

Sur les hauteurs des Anses d’Arlet
mardi 11 juillet 2017.
 
Le temps pluvieux qui persiste n’est pas du tout propice à la randonnée et pourtant, à l’heure fixée, nous nous retrouvons au lieu de rendez-vous sur la D.7 au quartier Grande Anse. Equipés de nos K way nous partons à la découverte des richesses que recèle la forêt de type xérophile du Morne Champagne.

Au départ de notre circuit, nous sommes amusés par les petits crabes Touloulous (Geocarcinus) qui, nous ayant aperçus, s’enfuient à vive allure à la recherche du premier refuge disponible. Nous les laissons se remettre de leurs émotions et partons à la rencontre du plaisir simple et spontané que nous procure une marche à travers ce paysage sauvage.

(JPG)
Bourreria succulenta

.

(JPG)
Pitcairnia

Très vite notre regard est attiré par la présence d’énormes rochers autour desquels évolue une végétation composée de Bois cabrit (Bourreria succulenta), de quelques Rubiacées et d’importantes colonies de Pitcairnia aux feuilles souples, vertes, retombantes, non épineuses ayant l’allure de graminées. Ce genre de broméliacées terrestres se multiplie aisément en formant de larges touffes à système racinaire.

(JPG)
Touffes de Pitcairnia

.

(JPG)
Fleur de Pitcairnia

Les épis composés de bractées et de fleurs rouges tubulaires à pétales recourbés durent environ 3 semaines. En scrutant minutieusement les alentours, nous repérons un petit Tillandsia utriculata qui cohabite avec un Epidendrum ciliare.

(JPG)
Tillandsia utriculata

.

(JPG)
Voiliers

Avant de nous engager sur le chemin qui mène au Morne Champagne, nous nous laissons envahir par l’harmonie du bleu camaïeu de la mer qui s’avance doucement sur le rivage de Grande Anse. A cette heure matinale, la plage est encore déserte, seuls quelques voiliers tanguent sur les vagues.

(JPG)

.

(JPG)
Mahoganys

Nous empruntons un sentier empierré et pénétrons dans un sous-bois riche en Acacias, bois ti-baume (Croton flavens et bixoïdes) Mahogany à petites feuilles, Frangipaniers (Plumeria), Merisiers (Eugenia), oreilles d’éléphant (Cocolobas pubescens).

(JPG)
Liserons bleus

De temps à autre, au milieu des fourrés, des Lantana camara, des Liserons bleus (Jacquemontia pentantha) et autres lianes grêles, s’épanouissent des Agaves de tailles différentes et des Cactus cierges (Cephalocereus nobilis) qui rappellent les paysages typiques des westerns.

(JPG)
Cactus

.

(JPG)
Agave

Les montées escarpées et les descentes rendues périlleuses par les pluies saisonnières sollicitent de plus en plus nos articulations qui trouvent un soulagement au moment des pauses photos.

(JPG)
Calliandra

Nous traversons une zone égayée de la couleur rouge des Pompons (Calliandra purpurea) où les papillons, les abeilles et les bourdons prennent plaisir à voler. Tandis que dans le lointain, un oiseau solitaire pousse des sifflements répétitifs à l’intention de sa muse qui tarde à se manifester.

.

(JPG)
Bois Madame

Nous poursuivons nos efforts à travers les bois Madame (Guettarda scabra), les Ti cocos (Randia aculeata), les Célastracées, les Poiriers (Tabebuia pallida), et atteignons un nouveau point de mire d’où nous apercevons la plage de Grande Anse et le petit village au pied de la colline.

(JPG)
Frangipanier

Une fois imprégnés du panorama, nous repartons à la conquête des mornes et après avoir renforcé nos abdominaux nous atteignons un plateau herbeux dans une clairière de Mahoganys.

(JPG)
Prairie

.

(JPG)
Campêche

.

(JPG)
Clairière

.

Cette prairie est en réalité un cratère égueulé issu d’un volcanisme ancien.

.

(JPG)
La mare

.

(JPG)
Mare 2

Au centre se situe une grande mare malodorante bordée de campêches (Haematoxylon Campechianum) et fréquentée par des volatiles variés, tels que les abeilles, les oiseaux, les petits papillons, les libellules bleues ou noires et bien sûr les moustiques. Quelques croassements de crapauds se mêlent aux bourdonnements des vonvons (Xylocopa mordax) et aux chants des colibris.

(JPG)
Libellule

.

(JPG)
Rempart

Nous nous écartons de ce lieu humide contrastant avec le reste des sous-bois et au détour d’un sentier nous découvrons l’ancienne batterie militaire de la Pointe Burgos avec son esplanade, son parapet et sa poudrière parée d’un manteau de racines.

(JPG)
Poudrière

.

Par plaisir enfantin, nous troublons un court instant la quiétude d’un Bernard l’Hermite, puis après avoir échangé quelques réflexions sur ce lieu chargé d’histoire et de souffrances, nous décidons de rebrousser chemin.

(JPG)
Bernard l’Hermite
Nous quittons donc cette atmosphère sereine sans rejoindre le bourg des Anses d’Arlet et terminons notre randonnée par un agréable repas, les pieds dans l’eau, dans un restaurant du coin.